Films byTexts by Jean-Luc Godard
FILM
Jean-Luc Godard, 1963, 102’

“When I think about it, Le mépris, seems to me, beyond its psychological study of a woman who despises her husband, the story of castaways of the Western world, survivors of the shipwreck of modernity who, like the heroes of Verne and Stevenson, one day reach a mysterious deserted island

FILM
Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Gorin, 1972, 95’

“Such, in its strange, timeless beauty, is the declaration of Godard’s film. ‘Everything’s all right’ is a statement whose creative force can be gauged by the fact that, in real life, it seems clear that everything is going to hell in a handbasket.

FILM
Jean-Luc Godard, Jean-Pierre Gorin, Anne-Marie Miéville, 1976, 53’

« En 1968. pour la frange la plus radicalisée – la plus gauchiste – des cinéastes, une chose est sûre : il faut apprendre à sortir de la salle de cinéma (de la cinéphilie, de l'obscurantisme) ou la brancher au moins sur quelque chose d'autre. Et pour apprendre, il faut aller à l'école.

FILM
Jean-Luc Godard, 1980, 87’

“Indeed, work becomes the film’s operative theme, as Isabelle explains to her sister what’s entailed in prostitution with terseness and a matter-of-fact procedure one might expect to find in any office manual.

FILM
Jean-Luc Godard, Anne-Marie Miéville, 1985, 52’

Jean-Luc Godard : C'est peut-être la différence entre l'un et l'autre par rapport à l'image. Moi, ce qui me plaît en elle est inaccessible et toi ce serait ce qui te gênerait… Faut-il montrer les choses?

FILM
Jean-Luc Godard, 1985, 72’

« Comme le pain quotidien s’approche chaque jour de la bouche, il faudrait que le film rapproche le spectateur de son quotidien profond: aimer, donner la vie, la vivre, faire un enfant. C'est cela que représente Marie : elle est une image… Elle est une image vierge. Pas de traces.

FILM
Jean-Luc Godard, 1988, 1998, 267’

“I think the best way to look at these programs is to enter into the image without a single name or reference in your head. The less you know, the better.”

FILM
Jean-Luc Godard, Anne-Marie Miéville, 1989, 50’

« On a fait un film avec Anne-Marie Mieville sur les établissements Darty, qui s’appelle Le rapport Darty. Il nous avait été commande par Darty. ils nous avaient dit : « On gagne trop d'argent, tout va trop bien, on perd la tête, on ne sait pas ce qui se passe..

FILM
Jean-Luc Godard, 1988, 1998, 267’

“I think the best way to look at these programs is to enter into the image without a single name or reference in your head. The less you know, the better.”